Flash Biodiversité (Septembre 2021 – Février 2022) – La négociation d’un nouveau cadre mondial pour la biodiversité est lancée !

Pour cette transition vers l’année 2022, les Bahamas et Bahrain ont décidé de rejoindre le Protocole de Nagoya, qui devrait respectivement entrer en vigueur dans ces pays fin mars et fin mai 2022. Ce Protocole devrait alors rassembler 134 états parties, ayant pour volonté de mettre en œuvre le troisième objectif de la Convention sur la Diversité Biologique (CDB) relatif au partage juste et équitable des avantages tirés de l’utilisation des ressources de la nature.

Paris, le 1er avril 2022 – Pour cette transition vers l’année 2022, les Bahamas et Bahrain ont décidé de rejoindre le Protocole de Nagoya, qui devrait respectivement entrer en vigueur dans ces pays fin mars et fin mai 2022. Ce Protocole devrait alors rassembler 134 états parties, ayant pour volonté de mettre en œuvre le troisième objectif de la Convention sur la Diversité Biologique (CDB) relatif au partage juste et équitable des avantages tirés de l’utilisation des ressources de la nature.

Dans notre Flash précédent, nous vous avions parlé de la 15ème réunion de la Conférence des Parties (COP-15) à la Convention sur la Diversité Biologique (CDB).

La première partie de cette réunion mondiale a eu lieu en ligne du 11 au 15 octobre 2021, afin de préparer un cadre mondial pour la biodiversité post-2020 en vue de son adoption lors de la deuxième partie de cette conférence qui devrait se tenir en présentiel à Kunming (Chine), du 25 avril au 8 mai 2022.

Devant le constat de l’érosion de la biodiversité, les parties à la CDB se sont d’ores et déjà mobilisées en adoptant la « Déclaration de Kunming » par laquelle ils se sont engagés à négocier un accord efficace, afin de stabiliser de manière urgente l’aggravation de la perte de biodiversité.

Cette Déclaration rappelle la nécessité de procéder à des transformations profondes pour remplir l’objectif fixé de « mettre la Nature sur la voie du rétablissement » d’ici à 2030, et liste 17 engagements pour y parvenir.

De nombreux ministres d’Etats parties à la CDB ont à cette occasion fourni une orientation politique forte, notamment au travers de soutiens financiers engageants.

A ce stade, la vision et les objectifs semblent posés mais les détails n’ont pas été abordés, concernant les outils à mettre en place pour réduire les menaces sur la biodiversité afin d’en assurer une utilisation durable. Ces sujets sont actuellement débattus lors des sessions intermédiaires de travail qui se tiennent à Genève, pour ensuite faire l’objet des négociations finales, lors de la seconde partie de la COP15 qui est prévue fin avril-début mai.

Suivez nos prochains Flash, pour en savoir plus sur les actions concrètes au travers desquelles les Etats Parties à la CDB vont traduire leurs engagements, en particulier en matière de réglementation sur l’Accès et le Partage des Avantages (APA) !

N’hésitez pas à nous contacter pour toute question ou information à l’adresse dédiée : biodiv@regimbeau.eu

Publié par